AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [ Takezõ - nukenin rang S ( Yuugure ) ] Takezo "le marchand de rêves" Shimmen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sunsay Higure
Godaime Raikage
Godaime Raikage
avatar


Feuille de personnage
Expérience:
650/1000  (650/1000)
Affinités : Fuuton, Raiton, Hakkooton
Modus Operanti:

MessageSujet: [ Takezõ - nukenin rang S ( Yuugure ) ] Takezo "le marchand de rêves" Shimmen    Dim 13 Mar - 17:24


~ Roliste ~ Nom(facultatif): ...
Prénom(facultatif): ...
Age: 18 ans
Temps depuis lequel vous avez commencé le RP: euh mon dieu euh a vu de nez on va dire 2 ans il me semble.
Pays: ...
Comment avez-vous connu le forum: J'ai vu de la lumière, alors je suis entré
Qu'est-ce qui vous a attiré sur notre forum? Les admins, le style, l'histoire.
Code des règles: code validé By Sunsun ^^
Une suggestion?



~ Personnage Chronicles ~ Nom: Shimmen
Prénom: Takezo
Surnom(facultatif): Le marchand de rêves
Age: 30 ans
Grade désiré: Nunkenin de rang S - Membre de Yuugure
Descriptions physique:

Takezo est ce que l’on appellerait un bel homme, mais loin d’être l’archétype du beau gosse. Blondinet au teint pale, il coiffe sa crinière d’un chapeau a rayures blanches et vertes qui fait de l’ombre à ses yeux.

Homme de belle taille, il culmine à 1.83m pour un poids de 63kg rehaussé par les tabi qu’il porte aux pieds. Niveau vestimentaire, Takezo a souvent changé de présentation, passant du vêtement de pauvre de son enfance, à la tenue de moine lors de sa formation en passant par l’apparat réglementaire de l’armée du Pays du son. Aujourd’hui, d’allure somme toute banal, il attire peu l’attention, avec sa tenue traditionnelle du voyageur itinérant. Sa tenue se compose d’une chemise vert foncé et un pantalon et un manteau noir, d’un chapeau blanc et vert et comme dit précédemment d’une paire de tabi.

Il ne faut cependant pas se fier à l'allure quelconque de ce ninja. Il possède une arme redoutable, une flute en or enchantée qui lui permet de mettre en œuvre bon nombre de ses jutsus. Heritage de son père il y tient énormément.

Description mentale:

Takezo est un personnage très froid, insensible, sans passion et plutôt à l’écart, réfléchit et indifférent, prêt à se débarrasser de tout ceux qui se trouveront sur son chemin. Il considère tout ceux qu’il trouve inintéressant comme des moins que rien – de la merde quoi – dont on peut aisément se passer.

L’élévation spirituelle de Takezo, lié à son détachement de son égo conjugué aux drames qu’il a connu font qu’il ne croit plus aux émotions des hommes, ni aux sentiments qui sont un concept immatériel, donc qui n’a pas de raison d’être. Sa froideur trouve peut-être une explication ici.

Son tempérament froid lui permet de rester totalement calme et de se contrôler dans la plupart des situations. Il n’est pas facile de le surprendre, ou de le prendre au dépourvu. Il est aussi très perspicace, rusé et analytique.

Takezo semble être quelqu’un qui exige qu’on suive ses idées, ses recommandations, ses ordres. Bien qu’il n’aime pas se « salir les mains », il est parfaitement capable de commettre des actes véritablement odieux et inhumain, sans éprouver la moindre once de remords ou d’hésitations.

Bien que depuis la disparition des cibles de sa vengeance (Orochimaru et Sasuke), il n’a plus de but défini clairement, sortir Oto du désarroi dans lequel l’a laissé l’ex-sannin semble lui tenir à cœur. Mais quelque chose au fond de lui l’empêche de se consacrer à cette tâche, soit par peur de l’échec à cause d’un manque de puissance, soit par manque de puissance à cause de ses échecs.


Pourtant, Takezo n’a pas toujours été l’être qu’il est aujourd’hui. Enfant enjoué malgré sa condition modeste, il acquiert le sens du devoir dans les rangs de l’armée d’Oto. Un sens si aigu que lorsque le daimyo s’égara, trompé par le serpent de Konoha il décida de réagir pour son pays. Par la suite, il acquiert la sagesse au temple impérial shog-in. Tout meilleur élève dans son art il était considéré comme l’homme le plus proche de dieu de part son élévation spirituelle. Mais les horreurs répandu par Orochimaru, sa haine grandissante, sa traque incessante ainsi que les objections de son mentors ont persécutés son esprit le conduisant vers une dérive émotionnelle, sentimentale et spirituelle, à des années lumières de ses enseignements.

Histoire:

Dans sa jeunesse, Takezo vivait avec sa mère à Yamanichi, un petit village au nord du Pays du Riz, et travaillait dans les rizières du seigneur féodal. Malgré la modestie de sa condition, il semble doté d’un don particulier : la musique. Il envoute son village avec ses mélodies qu’il produit avec une flûte en or, cadeau de son défunt père. Dès qu’il se met à jouer, tous les villageois paraissent hypnotisés par ses notes, et tous arrêtent toutes activités pour écouter ce prodige.

Jusqu’à l’âge de six ans il vécu au village avec sa mère, une femme d’une beauté remarquable, qui à ses yeux était la plus belles du monde. Rien de plus étonnant pour un gamin de son âge. Malgré la pureté de ses mélodies et la fascination qu’elles occasionnaient, cet enfant n’avait aucun ami. Il était un peu la tête de turc de ses camarades de part son petit gabarit, et ses prédispositions pour la musique, qui était réservée aux femmes. Le gérant de la boutique dans laquelle il faisait ses courses le méprisait et lui parlait avec acidité, et c’était partout ainsi.

Alors que son avenir n’augurait rien d’exceptionnel, il fit la connaissance de Musashi Masaaki, un ninja du Pays des Rizières, revenant de mission et qui faisait une halte à Yamanichi, avant de rejoindre le château du Daimyo. Très vite, Takezo s’attacha à cet invité. Son charisme, sa prestance et surtout ses récits de sa vie de ninja fascinaient le jeune homme. Durant son séjour, Musashi remarqua son talent pour la musique, et alla plus loin en constatant qu’en vérité, sa mélodie était un genjutsu qui attirait toutes personnes l’entendant. Musashi lui proposa à lui et à sa mère de le former à l’art ninja. Séduits par cette proposition, la mère et le fils partirent avec le shinobi vers un avenir certainement meilleur.

Takezo et sa mère s’installèrent donc au château du Daimyo et le jeune garçon fut prit en charge par Musashi qui devint son sensei. Le Pays du Riz ne disposant pas d’académie ninja à proprement dit à cette époque, et les rares guerriers que comptait le pays avaient appris sur le tas, même si certains possédaient un certain talent pour l’art ninja. Durant quelques années, il apprit donc les rudiments de cet art auprès d’un des élites du daimyo. Le jeune homme affichait un certain talent pour le genjutsu complété par un art de la mélodie qui renforce ses qualités. Bien vite les deux hommes comprirent que cette flûte, héritage paternel serait surement sa meilleur arme.

Dix après son arrivé au château, le jeune homme originaire de Yamanichi était devenu un soldat respecté, ayant prouvé sa valeur au cours de nombreuses missions. C’est tout naturellement qu’il fut choisit pour intégrer la garde personnelle de Ryoshu le daimyo.

Plus tard, et ce malgré la réussite de son fils, Imiki, sa mère ne se plaisait pas dans sa nouvelle demeure « royale » et préfère retourner au sein de leur village natal.

De part l’arrivée d’Ororchimaru dans le Pays des Rizières et la formation de son village caché, le devenir de cette contrée ainsi que ses habitants prît une tournure bien inquiétante. Le daimyo avait donné les pleins pouvoirs à l’ex sannin de Konoha et cela ne plaisait guère à Takezo. Un homme ayant trahit son Pays une première fois, pouvait le faire une deuxième, de plus l’influence qu’il avait sur Ryoshu devenait vraiment inquiétante. En plus de tout cela, la rumeur d’expérimentations humaines menées par le vil serpent remonta aux oreilles du ninja de Yamanichi, et il n’en fallait pas plus pour le mettre dans une rage folle. Oubliant son devoir de réserve ainsi que les ordres de ses supérieures, il se rendit au repaire du nord d’Orochimaru pour y défier le maître des lieux. Un terrible combat s’engagea, mais l’expérience et le vice de l’ancien Konohajin eurent raison de la jeunesse et la fougue de Takezo. Orochimaru le laissa pour mort, gisant dans son propre sang, après lui avoir intimé l’ordre de quitter à jamais SON pays. Depuis, Takezo fut porté comme déserteur, et plus personne n’entendit parler de lui.

C’est donc meurtri par son combat que le jeune homme quitta Oto. Trainant lamentablement son pauvre corps, il se rendit dans les montagnes du nord faisant frontière avec le Pays des Neiges. Son entrainement de ninja lui servit énormément durant son périple, le poussant à ne jamais abandonner.

C’était la période la fonte des neiges et Takezo remontait les sentiers de montagnes en longeant le cours d’eau qui effectuait le trajet inverse. C’est les yeux remplit de larmes qu’il gravissait les cols tantôt à genoux, tantôt à quatre pattes et même parfois en rampant. Il cherchait à rejoindre un chalet de montagne construit par son père avant son décès afin de se soigner. Ce trajet qu’il avait l’habitude d’effectuer dans sa jeunesse lui parut interminable, mais finalement après maintes souffrances, il y parvint.

La cabane était assez modeste, toute en bois mis à part le toit fait en chaume. Takezo y traina son corps et y dormi trois jours durant sans interruptions. A son réveil, bien que ses blessures étaient loin d’être cicatrisées, il se fabriqua une béquille avec un pied de table, et se rendu à la cascade qui s’écoulait non loin de son refuge. Avec beaucoup de précautions et d’hésitations il y plongea, comptant sur le froid du fluide pour réactiver ses muscles. Soudain une voix se fit entendre :

- Je ne pense pas que cela soit une bonne idée de rester dans cette eau au vue de votre état.

Takezo se retourna et vit un homme d’un certain âge appuyé sur une canne, lui arborant un sourire moqueur. L’homme était vêtu comme ce qu’on appelait un Yamabushi, ou moine guerrier qui habitait les temples dédiés aux éléments.

- Je cherche à récupérer de mes blessures.

- Je persiste à vous dire que ce n’est pas de la sorte que vous y arriverez. Au vue de la couleur jaunâtre de vos yeux, je pense que vous avez été empoisonné. Et puis vos blessures sont profondes et l’eau glacée n’aidera pas à la cicatrisation. Je vais vous aider à guérir, si vous le décidez. D’abord nous allons nous débarrasser du poison.

Il composa une longue série de signes, puis apposa ses mains sur le ventre de l’adolescent. Une sorte de sphère se forma aspirant un liquide jaunâtre qu’il extrayait de son corps.

- D’ici deux ou trois jours ca ira mieux.

Une semaine plus tard, le vieil homme revint, et comme il l’avait prédit, Takezo se sentait déjà bien mieux. Pendant une semaine le vieil homme resta avec lui, le soignant des ses différentes blessures. Il se présenta comme un ascète, adepte du shugendo au temple Shogo-in. Il se nommait Shiden Takeda. Pendant ces quelques jours il prit son patient en affection, et face à son potentiel, mais surtout lorsqu’il sentit la noirceur qui envahissait son cœur, il décida d’en faire son disciple.

Takezo était effectivement rongé de l’intérieur par une haine viscérale envers l’ex-sannin de Konoha. Son nouveau mentor voulait l’en guérir en l’initiant au shugendo qui vise à l’apaisement de l’esprit et du cœur au travers de l’illumination, ou l’entrée dans le temple du nirvana. On atteint ce temple via l’isolement, l’étude des livres sacrés du Shugendo et la contemplation, par une fusion avec la nature.

Takezo était enchanté par cette proposition car sa haine le faisait plus souffrir que ses blessures physiques. Les deux hommes se rendirent donc à l’école Honzan du temple impérial Shog-in. Cette école, située dans la montagne, était vu comme l’endroit idéal pour l’isolement et la contemplation de la nature. Sous la houlette de son nouveau mentor, Takezo étudia, en plus de la nature, un certains nombres de textes sacrés, mais aussi un peu de tai-jutsu et surtout développa son art pour la musique qui deviendra plus tard l’Otojutsu. Il était un élève appliqué et doué, qui en très peu de temps réussit à ouvrir les portes du temple du nirvana, chose remarquable pour son jeune âge.

Le temple du nirvana est un lieu uniquement accessible par l’esprit et par l’illumination de ce dernier provenant du détachement et la libération de l’ego qui refrène le potentiel psychique. Ouvrir les portes du temple n’est pas chose simple car pour y arriver, en plus des efforts psychiques à réaliser, l’esprit de l’adepte doit se confronter aux tentations représentées par les 5 gardiens de la porte. Inutile de préciser que cette étape fut franchie sans soucis par Takezo.

Trois ans passèrent, Takezo devint un des guerriers des plus émérites de l’école Honzan du temple impérial Shog-in. Avec son mentor, ils avaient effectués quelques menus missions pour de petits villages et participèrent également à quelques batailles. Cependant, Takezo, avait du mal à s’astreindre à la vie d’ascète, et devient un jeune homme espiègle et capricieux qui ne suit pas toujours les ordres de son maître Shingen.

Une terrible tempête s’abattait sur les montagnes du Shog-in, un temps propice à la méditation. Alors qu’il étudiait les textes sacrés de son école, une vision vint frapper Takezo au travers de son jutsu de divination, et perçoit que sa mère est en grand danger à Yamanichi. Accompagné de son mentor, il se rend sur place, et après 5 jours de marche ils arrivèrent sur les lieux et découvrent un champ de ruine. On s’était livré à un véritable massacre au sein du village, des cadavres jonchaient les rues. Takezo se précipita chez lui et y découvrit l’horreur : sa mère couchée sur le sol, complètement nue, le corps lacéré de coups baignant dans son propre sang.

Après avoir enterré sa mère, le duo découvre aux abords du village un bâtiment qui s’avéra être un repaire d’Orochimaru en construction. En le visitant Takezo et Shingen découvrent qu’il s’agit en fait d’un laboratoire de l’ancien sannin. Dans une des pièces de l’édifice, une créature bizarroïde à deux têtes se tenait prête à lancer une nouvelle série de tests sur l’un des villageois. Takezo l’interpella, et après quelques palabres et échanges de politesses, le duo d’ascètes comprit qu’il avait à faire aux terribles frères siamois Akon et Ukon. Le combat s’engagea rapidement, et la complémentarité entre Shigen et son élève prit vite le dessus sur le gardien de la porte Ouest d’Oto. Shigen était un remarquable épéiste, maître de la double lame et qui malgré son âge avancé s’avéra être un spécialiste du taijutsu et du kenjutsu. Takezo, lui maître de l’otojutsu et du genjutsu ouvrait des brèches dans la défense de l’otojin pour son partenaire. Bien vite l’homme de main d’Orochimaru fut débordé et blessé mortellement par un enchaînement genjutsu – kenjutsu et du prendre la fuite. Les deux Yamabushis libérèrent les survivants prisonniers dans ce laboratoire. Takezo avait décidé d’en finir avec l’ancien sannin de Konoha et son mentor accepta de l’accompagner dans cette tâche.

Celui qui deviendrait le marchand de rêve avait gagné en confiance et en maturité martiale depuis sa formation d’ascète. Il se savait capable d’éliminer le serpent blanc, et le soutient de Shingen le renforçait dans cette idée. Une véritable chasse à l’homme, ou à la bête commença. Pendant plus d’un an Takezo traqua le serpent à la recherche de ses cachettes, tanières, repaires et autres laboratoires. Mais l’ex-sannin avait toujours une longueur d’avance sur eux, tant et si bien que la patience et le moral de Takezo s’érodèrent. Son cœur s’obscurcit de la colère et de l’échec. Son âme tourmenté par les cauchemars et la vision de sa mère déshonorée se couvre d’un voile sombre, celui qui fait un homme passer la frontière du bien et du mal, et qui lui donne la conviction que ses actes, aussi pervers et sadiques qu’ils ne soient, il les exécute pour la bonne cause. Takezo emplit par ses sentiments peu louables, se livrait a de véritable massacres même parmi les villageois qu’il soupçonnait de cacher Orochimaru. Il se sent abandonné par son mentor qui ne cautionne plus cette traque et tente de le dissuader. Le ton montait souvent entre les deux hommes, et si shigen suivait Takezo, c’était surtout pour le protéger de lui-même. Mais un jour la tragédie arriva…Takezo s’apprêtait à frapper un civil lorsque son mentor l’arrêta. Fou de rage il saisit un des sabres du vieil homme et le transperça avec. Depuis, plus personne ne pouvait calmer sa soif de vengeance, et sa traque se transforma en chevauchée meurtrière au travers du pays des rizières, et même au delà. Orochimaru attaqua Konoha et Takezo s’y rendit espérant trouver une trace, un signe, une peau de mue, en vain.

Bientôt la rumeur enflait dans tout le Yuukan. Le serpent, celui-la même qui cherchait l’immortalité avait succombé des mains de son jeune élève, Sasuke Uchiwa. Loin de calmé sa rancœur, Takezo avait fait du dernier des Uchiwa sa cible, n’admettant pas que le serpent ne soit pas mort de ses mains. Mais malheureusement pour lui, le dernier survivant du clan maudit était maintenant le disciple de la légende de ce même clan…Madara Uchiwa. Bien qu’emplit de haine et de colère, Takezo savait qu’il ne faisait pas le poids, et attendrait le moment propice pour frapper.

La dernière bataille vint ensanglanter le Yuukan. Le disciple de Shigen savait que sa chance venait, mais au cours de la dernière bataille, sa cible périt, vaincu par la force et l’abnégation de ceux qui deviendraient des mythes.

La bataille de Kusa était maintenant du passé et la vie reprenait doucement son cours. Takezo, lui n’avait plus vraiment de but, sa vengeance n’aillant plus aucun sens. Il pensait bien revenir au sein de son pays, mais la guerre civile qui le divisait ne l’y encourageait guère. Certes, il voulait un avenir meilleur pour cette contrée, mais aucune idéologie que ce soit d’un camps ou de l’autre ne l’enchantait.

Un soir de plaine lune, assis au pied du mémorial de Kusa, un chakra sombre et sur puissant se fit ressentir avant que Takezo ne voit de ses yeux le terrible Kyubi apparaître, déchirant la nuit de sa flamboyance. Un homme seul se dressait face à lui, prêt à l’affronter. Takezo resta en retrait, alors que la terrible bataille s’engagea, et après 24h de lutte, l’homme vieux mais en plaine forme vint à bout du démon.

A partir de cet instant, Takezo savait qu’il lui fallait cette puissance pour ramener le calme dans son pays et pourquoi en prendre les rennes. Il lui fallait à tout prix se rapprocher de cet homme la possédait. C’était décidé, d’une manière ou d’une autre, il fallait nouer contact avec lui…Ici commence une nouvelle aventure.






Incarne aussi Kaimetsu Higure et Chõ Masamune
Revenir en haut Aller en bas
 
[ Takezõ - nukenin rang S ( Yuugure ) ] Takezo "le marchand de rêves" Shimmen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Memories :: Archives :: Archives administratives :: Présentations-
Sauter vers: