AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Konan [L'Ange Messager]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Konan
Ange de Dieu
Ange de Dieu
avatar


Feuille de personnage
Expérience:
50/1000  (50/1000)
Affinités :
Modus Operanti: " votre tirade préférée ici "

MessageSujet: Konan [L'Ange Messager]   Sam 31 Juil - 16:17

~Rôliste~


Nom(facultatif): Censuré

Prénom(facultatif): Clem ><

Age: 15 ans

Temps depuis lequel vous avez commencé le RP: environ deux ans.

Pays: France

Comment avez-vous connu le forum: Par Yoko ♥

Qu'es-ce qui vous a attiré sur notre forum? Yoko ><

Une suggestion? ...



~Personnage~


Nom: Inconnu

Prénom: Konan

Surnom(facultatif): l’Ange Messager

Age: 28 ans

Grade désiré: Ange de Dieu (ninja légendaire)

Descriptions physique:
Commençons par le commencement ; Konan a les cheveux bleus mi-longs dont une partie est attaché en chignon derrière sa tête, laissant quelques mèches libres sur son front. Elle porte une fleur en papier (origami) dans ses cheveux (légèrement à gauche), la même que celle qu’elle offrit à Jiraya lors de leur rencontre. Ses yeux couleur saphir contrastent avec son teint pâle et lui donnent une expression à la fois triste et impassible. Elle possède une petite perle argentée en dessous de sa lèvre inférieure. A son majeur droit est passée une bague bleue dont le kanji signifie « haku » (blanc) et ses ongles sont vernis de la même couleur. En mémoire de son bien aimé, elle a conservé sa bague télépathique de l’organisation à son autre main. Ayant laissé l’Akatsuki derrière elle, elle a abandonné sa cape aux nuages rouges pour se vêtir d’une longue tunique cintrée bleue foncé (s’arrêtant au niveau des genoux comme une robe) et d’une paire de bottes hautes. Elle ne possède pas de bandeau frontal.


Description mentale:
Au fil des années, le caractère de Konan a bien changé. Avant la mort de ses parents, c’était une jeune fille curieuse et joviale qui liait facilement des liens avec son entourage. Malgré la tristesse qui avait envahit son cœur, elle resta une apprentie kunoichi attentive et polie, surtout envers son sensei Jiraya. Quand celui-ci décida d’arrêter leur formation et de les laisser partir où bon leur semblait, elle fut tout d’abord très triste de ses adieux inattendus. Konan grandit et devînt froide et discrète, en éprouvant toutefois une profonde affection pour Nagato. Elle apprit en sa compagnie à ne plus éprouver de pitié pour ses ennemis comme pour tous les autres, et à rester méfiante et prudente. Rapide et efficace, elle aime que le travail soit fait et est très observatrice. Ses qualités d’espionne serviront beaucoup à l’Akatsuki. De nature calme et peu bavarde, elle veut toujours s’assurer que son binôme va bien. Le lien de confiance et d’intimité qui les unis ne s’est jamais brisé jusqu’à présent, et Konan partage les idées de Nagato. Elle tient beaucoup à lui et veille constamment à ce qu’il ne se surpasse pas.
Après sa mort, elle porta douloureusement son deuil tout en acceptant la tournure qu’avait prit les évènements. Rejoignant son village après s’être allié à Konoha, elle redevînt l’Ange Messager, ne supportant toutefois que la présence de son alliée et nouvelle divinité du village, Wish. Le deuil la fit conserver sa froideur et sa discrétion, mais elle n’usera de sa sévérité qu’à des fins professionnelles et indispensables. Elle est calme mais déterminée, rapide et efficace, en bref, une espionne et équipière idéale.


Histoire:
C’était il y a environs un peu plus d’une dizaine d’année que tout commença. Au Village Caché de Kiri no Kuni, une des 5 Grandes Puissances Ninjas débuta une guerre que l’on croyait sans fin. Le Village d’Ame no Kuni était entré dans un conflit féroce pour des raisons que Konan ignorait à l’époque. Les escouades de ninjas assoifés de violence déferlaient sur le Village, et celui-ci se défendait du mieux qu’il pouvait pour repousser les attaques ennemies. Malgré cela, de nombreux bâtiments avait étés détruits sans pitié et les rues encombrés de gravats étaient parsemées de cadavres au visage encore marqué par la douleur.
Konan était née à Kiri il y avait 11 ans de cela. Son village bien-aimé lui avait procuré réconfort et éducation, et elle éprouva une fierté enfantine à l’idée de faire partie de ce si bel endroit. Elle passait son temps à faire des créations en Origami, l’art du pliage du papier. L’année prochaine, pensait-elle, elle pourrait entrer à l’Académie des ninjas et tenter sa chance pour devenir une puissante kunoichi de Kiri. C’était son rêve, et il lui occupait l’esprit plus que tout autre chose.
La modeste maison où elle vivait reçu un jour une pluie de pierre projeté par une explosion proche, et le toit lâcha prise. La petite famille (composé de Konan et de ses deux parents) fut réveillé en trombe d’un sommeil angoissé, et ils durent quitter leur maison précipitamment. Des gens couraient partout dans les rues, et Konan fut brusquement séparée de ses parents par un homme pressé qui courait et bousculait tout le monde sur son passage. Dans la panique générale qu’avait provoqué l’explosion, Konan appela vainement sa mère, mais trop de personnes lui passait devant et le bruit des bombardements et de l’orage couvrait sa voix fluette. Désespérée et inquiète du sort de ses parents, elle s’assit contre le mur d’une façade encore intacte, replia ses jambes contre elle et observa d’un œil inquiet le triste paysage. Une larme roula le long de sa joue tendre, et elle ne l’essuya pas. La guerre avait ravagé son village, tué ses habitants. Allait-elle prendre aussi la vie de sa famille ?
Une autre explosion retentit, tout près de là ou elle se trouvait. Se protégeant comme elle pouvait, elle plaqua ses mains sur ses oreilles et ferma les yeux.
Au bout d’un long moment, elle les rouvrit et vit avec horreur que peu de personnes avait échappé à l’explosion. Se levant doucement, le corps tendu, elle chercha parmi les corps un visage familier, bien qu’elle espérait vivement ne jamais en trouver. Soudain, elle s’arrêta, figée, le regard fixé à quelques mètres d’elle.
Ses parents étaient bien parmi les corps, et eux ne se relèveraient jamais. Ne pouvant supporter de les voir plus longtemps, elle rebroussa chemin et s’enfuit en courant. Le vacarme des bombardements s’était calmé et un lourd silence pesait dans l’atmosphère. Un silence de mort.
Konan couru longtemps à travers le Village, ignorant les appels des guerriers shinobis partant au combat. Puis elle bifurqua dans une ruelle sombre et s’arrêta enfin, le souffle rauque. Une vague de chagrin l’envahit et elle s’assit contre le mur froid. Son corps était secoué de violents tremblements, et sa vue était brouillée par les larmes. Elle se sentait seule, abandonnée, détruite de l’intérieur. Plus rien ne la préoccupait, et sa seul envie présent était de mourir elle aussi, mourir pour apaiser sa douleur.
Un bruit attira son attention et elle releva doucement la tête. L’obscurité était telle que le bout de la ruelle était plongé dans la pénombre. Un autre bruit se fit entendre, plus fort, et une silhouette menue se dessina dans la pénombre. Le jeune garçon qui venait d’apparaître avait des cheveux noirs de jais et un visage fin. Son regard froid était intimidant, et ses vêtements étaient déchirés par endroit. Il tenait un kunai à la main et fixait Konan de ses yeux mystérieux.
La jeune ninja connaissait bien le nouveau venu. Elle l’avait connu lorsqu’elle jouait avec les autres enfants du Village, et ils leur était arrivé de discuter ensemble. Malgré son caractère froid, solitaire et peu engageant, Konan l’appréciait et aimait passer du temps avec lui. Cependant ils avaient fini par mettre des distance entre eux et leur amitié était moins forte qu’auparavant.
- Nagato…?
Le jeune genin s’approcha prudemment et rengaina son arme, visiblement soulagé. Il s’assit à côté d’elle et plongea son regard dénué de sentiments dans le sien.
- Que fais tu ici ?
Konan l’observa et ouvrit la bouche, mais aucun son n’en sortit. Nagato détourna le regard et regarda devant lui, sans dire un mot. Puis, au bout d’un long moment, il déclara d’une voix blanche :
- Ma famille et moi avons été séparés. Je ne les ai pas revu depuis. Il semble que…je sois seul, désormais.
Konan ne le lâchait pas des yeux, encore surprise de son apparition. Puis elle lâcha enfin :
- Mes parents sont morts.
Nagato observa longuement sa camarade, et finalement se leva. Il tendit une main à Konan et déclara :
- Viens, Konan. Ne restons pas ici. Nos vies ont encore de l’importance, ne laissons pas nos ennemis nous les prendre.
Konan leva la tête et regarda son vieil ami. Un sentiment de respect et d’admiration envers lui s’empara d’elle, et elle prit la main qu’il lui offrait. Ensembles, ils sortirent de la sombre ruelle et se dirigèrent prudemment vers le centre du Village, se cachant souvent derrière un bâtiment ou des amas de gravats. Des combats faisaient rage à côté d’eux, et le bruit du métal s’entrechoquant résonnait à leur oreilles. Ils traversèrent une grande rue où de nombreuses boutiques en ruine obstruaient le passage, et rencontrèrent dans un moment inattendu un autre camarade de l’Académie. Ils prirent d’abord le temps de se dissimuler soigneusement à la vue des ninjas d’Ame, et s’accroupirent derrière un mur fissuré par endroits. Là, le jeune Yahiko s’écria :
- Nagato ! Konan ! Ca alors, je ne m’attendais pas du tout à vous voir ici !
Une nouvelle explosion. Konan annonça à ses deux camarades :
- Il faut qu’on s’en aille d’ici, sinon on va y rester !
Ils partirent en courant, rasant les murs pour éviter les projections de pierres. Bientôt, ils virent les Portes de Kiri à une rue de là. Ils trouvèrent quelques provisions et des objets qui pourraient être utiles et les mirent dans le sac que Yahiko portait sur son dos. Puis ils se faufilèrent parmi les gravats et les corps, évitant soigneusement les duels de shinobis et réussirent à sortir du Village sans trop d’égratignures. Là, ils adoptèrent un rythme plus régulier et s’éloignèrent suffisamment des portes pour être hors de vue et en sécurité. Ils s’assirent à l’ombre d’un bosquet d’arbres touffus, exténués. Puis, Yahiko demanda :
- Quelle galère ! Mon père a dû me laisser où j’était pour aller prêter main forte aux autres, et je ne l’ai pas revu. J’espère que ma famille va bien…
Les trois enfants s’observèrent un moment.
Konan ne connaissait pas aussi bien Yahiko que Nagato, mais elle avait eu l’occasion de l’observer pendant les journées de jeux auquel il avait lui aussi assisté.
Yahiko avait les cheveux châtain en bataille et des yeux émeraude. Son regard espiègle illustrait sa constante bonne humeur, et c’était un garçon très sociable. Mais là, ses traits étaient tirés par la fatigue et une profonde angoisse se lisait sur son visage.
Nagato expliqua sa situation et celle de Konan à Yahiko qui l’écouta, surprit. Quand Nagato annonça la mort des parents de la jeune genin, Yahiko hocha solennellement la tête en signe de condoléances. Puis il déclara :
- La guerre a détruit notre village. On ne peut pas y retourner maintenant.
- Mais si nous partons sans prévenir, nous serons considérés comme des déserteurs !
- Nous reviendrons, Konan. D’ici là, je suis sûr qu’on nous aura pardonné.
Konan ne répondit pas. L’idée d’abandonner son village, même en ruine, la dégoûtait. Puis elle repensa à ses parents, gisant quelques part parmi les cadavres. Une vague de nausée s’empara d’elle et elle ferma les yeux. Qu’allait-ils devenir, seuls au milieu de ce pays sanglant ? Trop d’incertitudes, trop de questions. Elle s’efforça de chasser ses pensées et demanda avec mépris :
- Et que vas-t-on faire, maintenant ?
Silence. Nagato était resté silencieux, debout adossé contre un arbre. Puis il déclara :
- On va chercher de l’aide. Kiri ne tiendra pas longtemps, il faut ramener des renforts pour l’empêcher de succomber.
Les enfants se turent et réfléchirent à leur situation. Konan avait du mal à imaginer comment trois simples gamins comme eux pouvaient faire quelque chose pour leur Village, mais elle avait trop peur pour s’en aller. Il levèrent le camps et partirent dans la direction opposée de leur Village, chacun plongé dans un silence douloureux.
Les trois orphelins de Kiri parcoururent une bonne distance, toujours plus loin de leur village natal. Ils ne rencontrèrent pas beaucoup de personne sur le chemin, car ils évitaient les routes principales pour échapper aux ninjas d’Ame. Le soir tombait doucement et la lumière tamisée diminuait d’intensité à chaque minute. Ils traversèrent des fermes, contournèrent des regroupement de paysans bruyants et ivres, et Konan songea que le pays sombrait dans la décadence et l’anarchie. Quand allait-elle retrouver son Pays d’avant, ses proches, sa maison, sa famille ?
Plusieurs jours passèrent. Les provisions des trois enfants diminuait considérablement et ils n’avaient pas encore trouvé d’endroit pour se réapprovisionner. La pluie commença à tomber par fines gouttelettes, puis s’intensifia et forma une véritable averse. Nagato, Konan et Yahiko accélérèrent le rythme et s’abritèrent sous un vieil édifice en ruine. Konan avait froid et tombait de fatigue. Elle en avait assez de cette cavale sans fin, et désespérait de rentrer un jour à Kiri. Soudain, ils entendirent un bruit de pas et des voix non loin de là. Tous se figèrent, et Yahiko murmura :
- Ne faites pas de bruits.
Ils se cachèrent derrière une épaisse colonne de pierre qui soutenait un plafond de terre et observèrent les nouveaux venus. Ils étaient trois, et semblaient être seuls. L’un avait de long cheveux noirs et lisses, et son visage d’une pâleur fantomatique était peu rassurant. Le deuxième était un homme aux cheveux blancs qui grignotait quelque chose. Le troisième était une kunoichi blonde à deux queues de cheval, qui semblait avoir un caractère de fer à la façon dont elle parlait. Le grand brun était le seul à ne pas porter d’armure de shinobi. Konan reconnu le signe de Konoha sur leur bandeau frontaux et observa Yahiko sortir de sa cachette d’un pas hésitant et marcher dans leur direction.
Les trois shinobis parurent surpris de l’apparition du jeune garçon et lui demandèrent ce qu’il voulait et où étaient ses parents.
- Tués par des shinobis, la guerre les a emportés.
Konan pensa qu’il avait raison d’avoir renoncé à croire que ses parents étaient encore en vie. Les circonstances étaient trop mauvaise pour croire à un aussi beau miracle. Yahiko demanda un peu de nourritures et reçu quelques modestes gâteau de la part du ninja aux cheveux blancs. Rassuré, il appela ses deux compagnons et les invitas à le rejoindre.
« Ils n’ont pas l’air d’être méchant. »
L’allure guerrière de ces trois inconnus impressionna Konan. Lorsqu’ils levèrent le camps, les trois enfants décidèrent de les suivre. Après tout, ils n’avaient rien d’autre à faire, et une lueur d’espoir s’était éveillé dans leur cœur. Konan était plus intéressée par le ninja aux cheveux blancs, car il inspirait confiance et sécurité. Alors qu’ils marchaient sur une route boueuse sous une pluie toujours torrentielle, elle lui offrit une rose en papier qu’elle avait elle même créé. L’homme accepta le cadeau, à la fois surpris et impressionné par le talent de la jeune fille. Cependant, les deux autres ninjas semblaient agacés par la présence des enfants et le brun suggéra de les tuer, en supposant que ça leur rendrait service. Konan se mit à trembler et fixa le ninja aux cheveux blancs avec intensité. Celui-ci refusa la terrible idée de son compagnon et annonça qu’il allait s’occuper d’eux.
« Seulement jusqu’à ce qu’il puissent devenir autonomes. C’est la moindre des choses à faire pour eux. »
Et c’est ce qu’il fit. Le shinobi Jiraya de Konoha prit sous son aile protectrice les trois orphelins de la guerre et veilla à leur éducation pendant 3 ans. Il leur apprit à découvrir leur capacités respectives et les utiliser de façon à se défendre en cas d'attaques. Sa patience et sa gentillesse faisait de lui un excellent sensei, et les enfants étaient en adoration devant sa puissance. Konan, Yahiko et Nagato apprirent à modeler leur chakra, se camoufler. Ils s'entraînèrent durement à leur visée de shurikens et au combat au corps à corps, s'affrontant les uns les autres, en veillant à ne pas infliger de dommage à son adversaire. Ils impressionnaient leurs sensei de jours en jours, augmentant leur vitesse, leur endurance et leur puissance. Le lien d’amitié qui unissait les trois apprentis se renforça et chacun considérait les autres comme des frères.
Un soir, Konan, Nagato et Yahiko furent interpellé par un inconnu et celui-ci les menaça de mort s’ils ne faisaient pas ce qu’il voulait. Konan alla chercher Jiraya dans la cabane de bois qui leur servait de refuge et ils revînvent en courant sur les lieux. Le ninja inconnu était mort. Yahiko expliqua d’une voix tremblante que c’était Nagato qui l’avait tué. En effet, Nagato ne semblait plus être le même. Ses yeux avaient changés ; le jeune garçon possédait le légendaire rinnegan, le plus puissant des trois doujustu.
Jiraya annonça alors qu’il allait leur apprendre le ninjutsu, et leur apprit à modeler leur chakra pour créer de nouvelles techniques. Konan fit de l’Origami son style de combat et créa plusieurs techniques puissantes et efficaces. Ils s’entraînèrent durement, et combattaient souvent ensemble, Jiraya contre ses trois élèves. Nagato maîtrisait les six formes de chakra grâce à son puissant rinnegan. Jusqu’au jour où les attaques combinées de Konan, Yahiko et Nagato réussirent à vaincre un clone de l’ombre de Jiraya que celui-ci annonça :
- Bravo, vous êtes devenu très fort ! Je peux désormais retourner dans mon Village sans crainte. Vous êtes maintenant autonomes, tachez d’utiliser votre puissance pour protéger ceux qui vous sont cher et ramener la paix sur ce pays.
Une larme coula sur la joue de Konan, et se perdit dans les gouttes de pluies qui parsemaient déjà son visage. Elle n’arrivait pas à croire que son sensei les laissait, elle ne voulait pas imaginer ne plus le revoir avant très longtemps. Jiraya vînt vers elle et plongea son regard bienveillant dans le sien.
- Konan… Tu deviendras une femme magnifique. Reviens me voir quand tu sera plus grande.
Puis il partit, laissant ses trois élèves devenu puissants se débrouiller. Konan pleura longtemps le départ de son sensei bien aimé. Jiraya faisait confiance à ses trois élèves, mais il n’aurait jamais dû les laisser seuls. Le trio grandit, eut beaucoup de problèmes et frôla de nombreuses fois la mort. La guerre civile éclata rapidement. Ils combattirent de nombreux ennemis, mais le drame arriva. Yahiko s’attaqua à un shinobi plus fort que lui et celui-ci le blessa mortellement. Le jeune garçon se faisait mourant, et Nagato utilisa un de ses jutsus pour faire de Yahiko son « deuxième corps ». La mort de leur ami les affecta énormément malgré tout, et Nagato décida de s’opposer au chef du Village d’Ame, Anzou la Salamandre. Konan et Nagato le vainquirent après un dur combat et Nagato prit le contrôle du Village sous le nom de « Pein », après avoir éliminé avec acharnement et férocité tous les partisans d’Anzou. Il se désigna Dieu du Village de la Pluie et en prit le contrôle total. Konan fut surnommé l’Ange Messager, servant d’intermédiaire entre Pein et les habitants du Village.
C’est alors qu’arriva Madara Uchiwa au Village de la Pluie. Il proposa à Pein de créer une organisation, l’Akatsuki, dans le but de récupérer la puissance des Bijuus pour instaurer la paix sur toutes les grandes puissances et en prendre le contrôle. Il avait beaucoup entendu parler des puissantes capacités de Pein, et faisait confiance en son jugement. Celui-ci accepta l’offre et Madara le désigna comme chef de l’Akatsuki. Madara, Pein et Konan pillèrent et recrutèrent des shinobis aux capacités spéciales et puissantes et formèrent une organisation rapide et efficace. Un certain Itachi Uchiwa entra lui aussi dans l’Akatsuki, et Konan se révela être la seule femme du groupe.
La quête des Bijuus se révéla dangereuse, et l’Akatsuki perdit plusieurs membres. Le Jinchuuriki Naruto Uzumaki était celui que Pein et Konan traquaient ensemble, mais il se révélait être très difficile à traquer, surtout avec la protection de Konoha. Les relations que Konan avait avec Nagato lorsqu’ils étaient jeunes avait beaucoup changé. Devenu froid et distant, sa façon de s’adresser à Konan était, pensait-elle, dénuée de sentiments et purement professionnelle. Le Nagato de son passé avait disparu, pour laisser place à un shinobi au cœur de pierre et aux pouvoirs impressionnants. Konan regrettait cette affection qu’il lui avait apporté, mais elle s’efforçait de ne pas montrer ses sentiments envers lui. Madara entra dans l’organisation sous le pseudonyme de Tobi, un garçon idiot et simplet, mais aussi très mystérieux (il fit équipe avec Deidara).
La quête des Jinchurikis arrivait à sa fin, il n’en restait que peu dans le monde. Et bientôt, bientôt, Pein et elle pourront prendre le contrôle des grandes puissances. Un rêve proche du réel, un rêve qu’ils partageaient ensemble, elle et son Nagato.
Alors que la quête des Bijuus était en cours, Pein lança une attaque vers Konoha dans le but de dénicher et capturer Kyubi. L’attaque rassemblait les membres de l’Akatsuki, enfin ceux qui restaient. Le Village Caché de la Feuille fut pratiquement détruit, et subit de nombreuses pertes dans ses combattants. Cependant, l’organisation avait perdu de sa puissance en l’absence définitive du prodige Uchiwa. Konan fut prise dans plusieurs combats redoutables, affronta des shinobis puissants et têtus. Pendant ce temps, Pein partait à la recherche du jinchuuriki. S’en suivit un combat titanesque opposant le chef de l’Akatsuki à Uzumaki Naruto, porteur du Démon Renard. Les attaques successives des deux ninjas détruisaient leur environnement et s’échangeaient violemment sans aucune pitié. Au bout d’un moment, alors que le jinchuuriki avait libéré le chakra pourpre de Kyuubi dans une rage excessive, Tendou succomba à sa puissance. Naruto retrouva sa conscience quand la propagation de son chakra pourpre fut stoppé, et perça le secret de la technique vitale de Pein. Il remonta jusqu’au véritable corps, là où Nagato et Konan attendaient ensembles l’issue de cette guerre.
Isolé du cœur même de la bataille, dans la forêt qui bordait les murs du village en ruine, on entendait au loin les explosions et les éboulements qui faisaient trembler le sol, mais la violence des combats se laissait dominer par le silence paisible des arbres. Le jinchuuriki aux cheveux d’or se tenait devant Pein, les yeux encore pétillants de haine. Pein, à bout de force mais encore conscient de l’importance de ce face à face discuta longuement avec le jeune Uzumaki ; le parti prit par celui-ci venait à changer. Ils n’étaient pas si différents l’un de l’autre : même maître, même solitude, même rêve. Naruto découvrit qui était réellement Pein. Chacun fit part de ses idéaux à l’autre. Après une longue conversation dénuée de toute animosité, le jinchuuriki apporta une nouvelle vision des choses au chef de la lune rouge. Bien que restant dans le doute, la fleur de l’espoir finit par germer en lui. Il décida de poursuivre à son tour les idéaux de son maître. Le premier acte depuis son renouveau fut son dernier. Il décida de se sacrifier en réparant ses erreurs. Puisant dans ses dernières ressources il parvint à ramener tous ceux tués de sa main au cours de l’attaque. Ainsi disparu le dernier être cher aux yeux de Konan. Après une brève discussion elle se lia d’amitié avec Naruto, lui promettant qu’elle et son village serait prêt à l’aider dans l’avenir.
L’Akatsuki n’avait pas encore jeté les armes. Alors que Konoha se remettait péniblement de cette précédente attaque, Madara déclara la guerre au reste du monde, en provoquant chaque village contre son organisation. Armé de ses sept démons et d’une armée de morts invoquée par Kabuto, il se rendit à Kusa où l’attendaient les armées des cinq nations. La bataille éclata ; l’Akatsuki attaqua de front pendant que Madara lançait ses démons de chaque côté. Konan avait mené Ame à combattre son ancien groupuscule, et s’opposa à Nibi qui fut contraint de reculer. La mort de Madara représentait la seule issue de la bataille, c’est pourquoi les cinq Kage se réunirent pour user d’un kinjutsu afin de venir à bout de l’Uchiwa. La puissance de cette ultime attaque aspira chaque Ombre, mais Madara les suivit dans l’autre monde, mettant ainsi fin à ce massacre. Les Bijuu, libérés de son emprise, s’enfuirent aux quatre coins du Yuukan, et l’Akatsuki fit anéantie une bonne fois pour toutes.
Ame avait tenu sa promesse, et Konan devait reprendre les rênes. Mais, ne se sentant pas capable de suivre la voie de Pein, elle décida de passer le flambeau à son amie aux pouvoirs ineffables, Yoko. Dévoilée au peuple sous le nom de Wish, elle représente désormais la nouvelle divinité de la Pluie. Konan et elle sont liées autant par le devoir que par l’amitié.

Code des règles: Check ♥
Revenir en haut Aller en bas
Yoko
Nidaime Amekami
Nidaime Amekami
avatar


Feuille de personnage
Expérience:
75/1000  (75/1000)
Affinités :
Modus Operanti: " votre tirade préférée ici "

MessageSujet: Re: Konan [L'Ange Messager]   Sam 31 Juil - 16:19

Papalapapa !!! Histoire déjà lue et je connais ton niveau rp surtout avec Konan =3

Validé mon ptit ange 8D ♥♥
Revenir en haut Aller en bas
 
Konan [L'Ange Messager]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Memories :: Archives :: Archives administratives :: Présentations-
Sauter vers: