AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Takara is coming :3 {End!}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Takara
Juunin de Kiri
Juunin de Kiri
avatar


MessageSujet: Takara is coming :3 {End!}   Ven 16 Juil - 21:29

~Rôliste~


♦️ Nom(facultatif): Facebook Smile

♦️Prénom(facultatif): Elodie

♦️Age: 14

♦️Temps depuis lequel vous avez commencé le RP: 3 ans sans les pauses

♦️Pays: France

♦️Comment avez-vous connu le forum: By Gin Ichimaru

♦️Qu'est-ce qui vous a attiré sur notre forum? L'aspect, le contexte Smile

♦️Une suggestion? Aucun



~Personnage~


♦️ Nom: Onshi

♦️ Prénom: Takara

♦️ Surnom(facultatif): Tak'

♦️Age: 21

♦️Grade désiré: Ne sait pas trop

♦️Descriptions physique:

Takara est une jeune fille, en soit, assez avantagée. Ses longs cheveux, attachés en haute queue de cheval, qui tendent entre le rouge, le roux et l'or lui font une jolie parure pour son visage triangulaire assez fin et s'accordent d'une belle harmonie avec ses yeux violets qui inspirent souvent à la méfiance. Elle porte une grande robe à fentes qui commencent au niveau des reins et qui touchent presque le sol. Sa robe est d'une teinte marron foncée foncée qui penche à certains endroits vers le clair. Sur cette robe, de grands signes sont brodées en blanc représentants différentes choses, allant de la nature jusqu'à d'autres signes. La robe de Takara est une sorte de cache coeur sur elle, car même si elle empêche la vue de sa poitrine, on peut tout de même en voir une partie. Ce cache coeur est épinglée par une simple broche dorée qui peut, peut-être, cacher quelques secrets. Cette partie-là tire vers le blanc et on ne peut pas déceler une teinte de couleur noisette à cette endroit. Tandis que la teinte extérieure de sa robe flâtte les couleurs un peu froides. L'intérieur est totalement rouge ou d'un dégradé noir/rouge assez harmonieux. Aucune inscription à l'intérieur par contre. Elle porte aussi des bottines et de longs gants qui lui arrivent jusqu'aux coudes de couleur maronné qui constraste un peu avec sa belle peau claire et hâlée par endroit. Accrochée à sa ceinture, elle porte deux katanas. L'un est à tranchant renversé et l'autre est bien tranchant et coupant... Tous deux sont dans un double fourreau et le plus souvent. On ne voit que la pointe d'un seul de ces katanas.

♦️Description mentale:


Cette jeune fille est plutôt calme et méfiante au premier abord. Elle essaye de déceler quelques indices qui pourrait la rassurer sur les intentions de la personne dès la première rencontre. Si celles-ci sont plutôt encourageantes. Elle essayera de faire de cette personne, une amie ou un ami. Sinon elle finira la conversation le plus vite possible et partira assez vite. Elle est plutôt pacifiste et ne recherche le combat que pour une raison valable. Plus les raisons sont pacifistes, plus elle voudra engager le combat. Elle est assez attachée à la justice et n'hésiterait pas à la faire elle-même si celle qui est instituée ne lui plaît pas. Elle ne le fera jamais seule, car elle est consciente du danger que cela pourrait représenter. Mais outre la qualité de vouloir être une justicière, elle tient aussi à ses amis. C'est-à-dire que , dés lors elle est avec des coéquipiers, elle fait passer avant tout leur vie avant l'objectif de la mission ou de l'opération fixée qui est en train de s'effectuer. Mais elle est comme tout humain: quand l'animosité la tenaille, elle perd son sang-froid et se jette comme une bête affamée sur la personne. Autrement, Takara ne raconte que rarement ses problèmes aux autres. Durant son enfance, elle avait reçu plusieurs principes de la part de sa mère qu'elle respecte encore, puisque sa mère était l'une des personnes les plus chères à son coeur. Aussi, préfère-t-elle largement se dépatouiller toute seule quand elle a des problèmes. Si, dans un cas, elle demande de l'aide à quelqu'un pour un problème, qu'elle est pu le régler seule ou non, elle se jure qu'elle devra l'aider en retour, que ses intentions soient bonnes ou non. C'est son sens de l'honneur qui l'exige. Si elle ne le fait, pas, elle ne se sentira pas très bien. Même malgré tout ses qualités, Takara a les défauts d'être un peu hyperactive par moment et quelques fois, et de dire un peu trop de propos lubrique ainsi que de divaguer lorsque l'alcool lui monte à la tête, mais c'est assez rare puisqu'elle sait tout de même se modérer.

♦️Histoire:


Mon histoire commence un 22 juillet, de quelle année, je ne le sais pas. Je sais juste que ma mère était une femme très douce et très protectrice envers moi. Je n'ai pas connu mon père, il serait mort en voulant protéger moi et ma mère quand j'étais encore dans son ventre. J'étais née après une trève pour arrêter les guerres incessantes pour un oui et pour un non qui ravageaient un peu plus les villages à chaque attaque. Ma mère me disait souvent que j'étais son petit ange et que j'étais une partie de mon père. Elle me disait que j'ai les yeux violets clairs si beaux de mon père et que, d'elle, j'avais obtenu ses magnifiques cheveux roux si doux au toucher. Notre maison était plutôt assez spacieuse. Elle s'étendait sur deux étages et sa supercifie était plutôt moyenne. Ma mère avait sa chambre et j'avais la mienne. Je sortais rarement, tellement, la chaleur était puissante. Sauf en hiver, là, je pouvais sortir me changer un peu les idées sur la terasse de la maison. Il n'y avait pas de plantes à cet endroit. Je ne savais même pas ce qu'était les plantes. Je vivais en parfait bonheur avec ma mère. Mais la vie est dure et le bonheur est éphémère. Le drame arrive lors de mes sept ans. Ma mère et moi étions parti pour Konoha. Elle devait faire une simple mission de reconnaissance, c'était une Juunin, pour remettre un parchemin à Konoha. Par l'occasion, elle avait dit qu'elle me montrerait les fleurs qu'elle préférait à Konoha. La plupart du chemin se passa merveilleusement bien. Nous n'avions aucun soucis, tout était calme et paisible. C'était un pur bonheur. Mais des bandits nous attendaient. Ils nous avaient repéré et, pour eux, nous étions des mets de choix à détrousser. Ma mère les avait, elle-même, repéré. Elle ne savait cependant pas leur vrai nombre. A ce qu'elle avait calculé, ils étaient trois. Ma mère décida donc de dresser le camp. Elle disait que nous devions faire une pose pour la dernière ligne droite. Je lui avais sagement obéi dans demander mon reste. Ma mère veilla sur moi lors de la nuit où je ne dormais pas sur mes deux oreilles. J'étais tellement inquiète. J'avais vu que ma mère était, par moment, anxieuse, comme si quelque chose la tracassait. J'avais bien essayé de la rassurer, mais sans succès. A mon âge, je n'avais pas deviné qu'elle pensait que ses calculs étaient faux. Je pensais que ma mère était très intelligente et qu'elle n'aurait aucuns maux à se débarasser de quelques balourds qui passeraient par là. Je me trompais. Je mettais les pieds dans le plat. Ce que je pensais à cet instant était faux et le futur eut bien vite fait de me le démontrer. Ma mère se fit attaquer au moment où elle commençait à s'endormir. Deux des bandits l'attaquèrent de front tandis qu'un seul l'attaquait de derrière. Les bruits des kunaïs qui se cognaient me réveillèrent et je me levais pour voir ce qu'il se passait. C'est là que j'assitais à un spectacle étonnant. Ma mère les avait tous battus sans aucun problème. Elle se dirigeait vers moi et allait me toucher quand une flèche sortit de nulle part vint se planter dans sa poitrine à toute vitesse. Elle tituba et finalement, elle tombait par terre. J'étais folle d'inquiétude pour elle. Elle me donna des instructions en me demandant avec ce qui lui restait de force de tirer une balise de détresse. Ce que je fis. Je plantais l'engin au sol, puis je l'allumais avec un briquet. Dès que la mèche fut consumée. La balise partit vers le ciel et fit un puissant, audible et magnifique feu d'articife. Je ne devais, cependant, pas m'émerveiller devant le spectacle. Je me cachais assez vite sous les draps des sacs de couchage et attendit du secours. Pendant un moment, il n'y avait rien, tout était calme. Juste les bruits de la nuit, puis au bout d'une quizaine de minutes. Des ANBUS de Konoha, je pensais, arrivèrent. Ils palpèrent ma mère et firent le constat. Elle était morte. J'essayais de retenir un cri perçant, mais il fut plus vif que moi et je fondis en larmes. Ce bruit alerta les ANBUS qui vinrent à deux pour voir ce que ceci était. Lorsqu'ils me découvrirent. L'une d'eux, je la reconnaissais grâce à sa douce poitrine me serra contre elle et fit de son mieux pour me calmer. Quand mes pleurs furent consolés. Ils me demandèrent ce que ma mère faisait ici. Je leur disais alors qu'elle était Juunin et qu'elle devait effectuer une mission de reconnaissance à Konoha et m'emmener voir des plantes. Les ANBUS se regardèrent puis, ils m'emportèrent avec eux. Quand j'étais arrivée à Konoha. Malgré ma tristesse infinie, j'étais émerveillé. Tout était si... beau et si... différent. J'adorais cela. Je me demandais même où j'étais tombée. Nous marchions vers une très grande tour qui était, apparement, le bureau de l'hokage. Il était drôlement grand comme bureau, pensais-je à ce moment là. On gravit plusieurs marches puis on me laissa devant une porte en me disant d'attendre. Quelques minutes plus tard, les ANBUS ressortirent et on m'emmena vers une maison avec un beau jardin. Ils discutèrent avec les propriétaires qui acceptèrent de me garder et j'entrais, pour la première fois, en famille d'accueil. Dans cette famille, il y avait des parents et leur enfant. Un garçon de mon ange. Il était vraiment gentil avec moi. Je ne me souviens plus trop de son nom, mais il était beau et gentil. Il m'avait même montré une orchidée et me l'avait offerte. J'avais vraiment apprécié ce cadeau et je décidais que l'orchidée serait ma fleur préférée. Elle sentait bon et ses pétales étaient douces, comme Maman. Tout se passait pour le mieux dans cet endroit. Tout était chaleureux et calme. C'était bien mieux qu' à Suna.

Mais le temps me rattrapait encore et je devais retourner à Suna. Ils m'avaient trouvé une nouvelle famille d'accueil. Je ne voulais pas quitter cette famille, mais il était temps. Je fis donc le retour vers Suna et m'installait dans une famille où j'étais la seule enfant. Ses nouveaux parents, assez jeunes, étaient vraiment délicats et gentils envers moi. Ils ne pouvaient pas avoir d'enfants, car la dame était... sté..stérile! Elle était stérile. On m'avait dit que quand on n'était stérile, cela voulait dire que l'on ne pouvait pas avoir d'enfant. Donc, ils avaient voulu m'adopter. Ils n'avaient pas changer mon prénom qu'ils trouvaient très beau, mais je pris pour nom de famille: Onshi. Le reste de ma vie se déroula pour le mieux. Jusqu'à mes 17 ans. Ce fut à ce moment que je découvris quelque chose d'assez intéressant. Plus les années étaient passées, plus j'avais eu des envies de vengeance. Je voulais me venger pour ce qui était arrivé à ma mère, je trouvais que cela était totalement injuste. Elle, qui était si douce et n'avait jamais rien demandé à personne, s'était faite attaquer pour une raison banale. Simplement pour lui voler toutes ses possessions. A chaque fois que j'y pensais, cela me révoltait et ne faisait qu'intensifier la douleur que j'éprouvais pour sa mort. Mort durant laquelle je n'avais rien pu faire. Plusieurs personnes m'avaient déjà dit que ce n'était pas ma faute et que j'étais trop jaune ou bien encore que je n'y pouvais rien, mais je continuais à ressentir un vide qui augmentait, continuellement, ma souffrance... Il m'arrivait même de pleurer sur mon lit dès que son souvenir revenait. J'essayais pourtant de ne pas me laisser submerger par les émotions, de rester toujours forte, mais c'était quelque chose de difficile pour moi. Difficile de rester consciente que lorsque l'on a choisi la voie du ninja, et plus précisement, celle de Kunoïchi, on doit rester fort malgré tous les obstacles. On ne doit pas connaître la peur ou autre émotion ou encore sentiment qui pourrait nous faire dérouter de la morale du ninja. Un ninja doit toujours rester droit et fier en toutes circonstances. Grâce à ces règles, je m'arrêtais souvent bien vite de pleurer et je dirigeais mes pensées vers l'avenir. Je me demandais ce que j'allais devenir et qu'est ce que j'allais faire. Pour le moment, j'aspirais à devenir une grande Kunoïchi. Comme par exemple, devenir un ANBU de Kiri ou, peut-être même, devenir le Kage... Je me mordais la lèvre en réfléchissant ce qui me ramena à la réalité. Je rentrais tout juste de mission avec mes trois autres coéquipiers et la personne que nous devions ramener saine et sauve. C'était une mission de rang B dans laquelle notre but était de sauver un chef de caravane qui s'était fait attaquer par plusieurs bandits. Ce chef était une personne importante, car c'est lui qui achemine les vivres pour plusieurs restaurants de Kiri. Trois équipes avaient déjà été dépêchées pour pouvoir défendre la caravane et essayer de sauver les survivants et les vivres. Tandis que, nous, nous devions juste sauver le chef. Je n'avais pas vraiment su pourquoi et cela m'avait semblé assez bizarre, mais je suis une ninja sous les ordres d'un Kage et je n'ai pas besoin de tout savoir. Je dois juste effectuer les missions qui me sont attribuées et point barre. Ce que j'avais surtout retenue dans cette mission, c'était certains de ces bandits. Quand j'avais regardé leur tenue je m'étais rappelé l'incident fatal avec ma mère. Ils leur ressemblaient fortement et ils semblaient, eux-mêmes, s'être souvenus de moi. Je les avais tué de sang froid comme toujours sauf que j'avais esquissé un léger sourire victorieux. J'avais eu une partie de ma vengeance et cela m'avait calmée, enfin, plus ou moins. Je me devais, maintenant, de demander au Kage, un peu plus d'information à propos de ces bandits. Il y avait plusieurs archers parmi les bandits, mais j'avais le pressentiment de ne pas avoir tué le bon. Il n'en restait plus qu'un seul et c'était un archer, à ce que je supposais puisqu'il lançait des flèches. J'allais me faire un plaisir de lui faire payer la mort de ma mère. Il l'avait attaqué lâchement et cela ne faisait qu'amplifier ma haine vis-à-vis de ce personnage. Qu'il soit enfant ou adulte, peu m'importait, tout ce qui comptait pour moi, c'était d'assouvir ma vengeance. Peu m'importait le nombre de victimes innocentes, du moment que je pouvais tuer cette personne, tout allait bien et tout allait rester comme cela le devait. Après une trentaine de minutes, nous étions enfin devant les portes du village. Après avoir fait les rapides formalités d'entrée habituelles, nous partîmes en direction du bureau du Mizukage. Nous montions les marches, puis je toquais à la porte. Je n'attendis que quelques minutes avant d'entendre:

- Entrez.

Je ne pris pas beaucoup de temps. J'ouvris la porte pour le chef de la caravane qui entra le premier et s'inclina rapidement devant le Kage, tandis que, nous trois qui commencions à entrer, nous nous prosternions devant le Kage et attendions le signe de celui-ci qui nous indiqueraient que nous pouvions nous relever. Quand il fut fait le chef du village lâcha vivement:

- Faites votre rapport

Je lui répondis en regardant droit devant moi:

- La mission de sauvetage s'est déroulée comme il le fallait. Les autres équipes ont pu sauvés une grande partie de la caravane et nous avons sauvés le chef sans trop de soucis. Nous avons aussi réussi à neutraliser les bandits qui voulaient attenter de sa vie. Fin du rapport Mizukage-sama.

Je reculais et me courbais un peu puis j'attendis sa réponse. Le Kage gribouilla quelque chose sur ses documents et nous donna la permission de disposer. Nous partions tous les quatres, tandis que le gérant de la caravane restait discuter un peu. J'attendis le Kage dans le couloir proche de son bureau alors que mes co-équipiers s'en allaient en rigolant sur cette mission et en racontant que cela ne leur avait posé aucun problème comme si ils trouvaient que ceci était insignifiant. Ils avaient largement raison, mais, pour moi, ces bandits m'intriguaient encore, et je voulais savoir qui ils étaient et où ils étaient. C'était les questions que j'allais m'empresser de poser au Kage quand la personne qui était en danger allait partir. J'attendis une quinzaine de minutes et je rerentrais, une fois de plus. Le Kage me dit:

- Oh... Takara? Aurais-tu quelque chose à me demander?

Je le regardais furtivement et posais ma question:

- Oui, Mizukage-sama. C'est à propos des bandits. Je crois qu'ils m'avaient reconnues. Ils me semblaient qu'ils étaient plusieurs hordes de bandits réunies ensemble. Mais ceux que j'ai combattu semblait déjà me connaître. Je suppose qu'ils étaient cachés dans les buissons quand ma mère avait tué trois de ceux-ci. Mais je voulais tout de même savoir... Qui étaient-ils et où sont-ils? J'aimerais aussi avoir la permission de les éradiquer seule... Si vous le voulez bien, Mizukage-sama... - Oh... Je vois... Je ne suis pas d'accord, Takara. Permission refusée. Nous ne connaissons pas leur nombre et je ne peux pas me permettre de perdre des recrus. Les temps sont trop dangereux, surtout si je laisses une de mes soldats vagabonder ainsi pour accomplir sa vengeance. Je peux peut-être te fournir des informations à leur sujet, mais pas plus.

Je m'inclinais même si la réponse n'avait pas satisfaite et je saluais poliment le Mizukage. Je tournais ensuite les talons et rentrais chez moi. J'avais toujours cette envie de vengeance. Elle n'était pas encore assouvie et elle ne le serait que quand le destin aurait accompli ce qu'il doit faire. J'allais sûrement déserter ce village, mais, je devais venger ma mère. Trop de mal lui avait été fait. Elle était totalement innocente. Pourquoi lui faire du mal? Je trouvais que c'était quelque chose de totalement odieux. Ils allaient bien le comprendre. J'allais tous les éradiquer et cet archer allait payer. Oh oui... Il allait le payer de son propre sang...

Je savais déjà qu'ils étaient dans les parages et que je devais me dépêcher de les retrouver avant qu'ils se déplacent. Si je réfléchissais. L'attaque s'était passée à l'est. Je devais me diriger vers l'est. Pour être en si grande masse, ils devaient s'être dispersés autour de la zone et attendre le moment propice pour attaquer. Je devais me diriger plus précisément, d'abord, vers l'est et ensuite vers le Sud. Avec le combat, j'arrivais à me souvenir de ces quelques détails-là. Pendant deux semaines, chaque jour où j'étais là, je m'entraînais toujours plus au katana et à la maîtrise de l'eau. Je commençais aussi à avoir un légère affinité au vent. J'essayais de développer ces deux pouvoirs pour préparer l'attaque contre les bandits. J'avais mis mes katanas dans leurs fourreaux. Je m'étais discrètement glissée hors de chez moi et je me dirigeais vers la tour du Mizukage. Avec le silence d'un félin qui se fond dans l'obscurité totale, je commençais à me diriger vers les portes. Mais l'idée de devenir Nunekin me revint en tête... Etait-ce vraiment ce que je voulais? Voulais-je vraiment dire adieu à toutes ses choses... Non, je ne le crois pas... C'est impossible... J'aime tellement ce village... C'est une partie de ma vie, de moi... Je ne peux pas le quitter comme ça... Impossible... Le trahir serait la plus idiote des choses... Je le sais et c'est ce que j'avais failli faire... Mais une autre idée m'était venue en tête... Aller voir une fois encore le Kage... Peut-être allait-t-il cette fois-ci être un peu plus clément... C'était tout ce que j'espérais. Je voulais effectuer ma vengeance sans aucun problème. Comme si tout cela n'avait jamais existé.

Je m’étais installée dans les sous-bois de la forêt éloignée du village. Elle était disposée sur la colline à l'est, ce qui était avantageux pour moi et sûrement pour les bandits aussi, puisque ça pouvait leur permettre de tendre une embuscade. Je n'avais pas allumé de feu, puisque j’avais mangé cru. Pas de viande, ni de poisson. Juste des légumes et fruits et cela m'avait largement rassasiée. Je m'étais maintenant endormie à la belle étoile pour récupérer mes forces et je songeais à ce que j'allais bien pouvoir faire demain. J'espérais que les bandits n'allaient pas s'enfuir de si tôt, car j'avais quelques affaires à régler avec eux...

Le lendemain matin, ma destination était le Sud. Je devais rallier le campement des bandits et tout ce que j'espérais, une fois de plus, c'était que ce soit le bon. J'espérais qu'il y ait au moins un archer dans cette troupe. Nous étions encore à l'aurore, mais je devais faire vite. Je n'avais pas beaucoup de temps avant qu'ils partent (plusieurs hordes des bandits avaient déjà plié bagages). Je m'étais rapidement habillée et ensuite, je me dirigeais rapidement mais en toute discrétion près du campement des monstres qui avaient osés mettre la main sur ma mère. Tiens, justement, voilà l'un d'eux qui approchait. Il devait sûrement cueillir des plantes pour se soigner. Peut-être était-ce le médecin. C'était un homme d'une carrure plutôt imposante que je tuais rapidement en lui administrant un vif coup de dague qui lui ouvrit une grande marque partant de son épaule jusqu'aux reins. Il allait pousser un cri rauque lorsque je l'en empêchais en mettant un des mes pieds sur sa bouche. Il était plutôt en train de manger ma sandale plus qu'il ne criait. Je me dépêchais ensuite de cacher ce corps dans les buissons et j'observais le campement... Il était une dizaine, je supposais... Si je les surprenais rapidement, ils n'auraient aucune chance de se défendre. Je me devais donc de réfléchir à une technique pour pouvoir les attaquer. Je me décidais à utiliser les paumes de vent. Tout bas et d'une façon peu audible. Je lançais:

Fuuton - Reppushou

Je les avais tous touché. J'avais fait en sorte que le vent agisse comme des marteaux qu'on frapperait avec toute sa force pour pouvoir assommer l'ennemi désiré contre des arbres. Ils semblaient tous assommés. Je m'approchais du campement tout en vérifiant qu'il n'y avait pas d'ennemis. Cela ne semblait pas le cas. J'entendis pourtant un léger bruit comme si quelque chose frôlait le feuillage. Je fis un bond d'un mètre et m'éloignais vivement de ma place puis je regardais la trajectoire de la chose qui était tombée. J'avais réussi à le repérer. C'était la même flèche. Je tenais mon assassin. Je me mis à le poursuivre puisque ce lâche semblait prendre la fuite. Il n'allait pas s'échapper. J'étais sûre de moi. Le combat ne faisait que commencer... Je voyais les arbres et le paysage défiler à toute allure devant mes yeux. Plus j'accélérais plus le défilement s'accélérait. Je faisais aussi attention à ne pas me prendre un arbre ou autre chose dans la tête pour ne pas chuter et obtenir un joli traumatisme crânien avec en échec, la perte de l'assassin... Je le gardais en ligne de mire en essayant de lancer des kunaïs de temps à autre, mais il était futé. Il zigzaguait souvent ou bien me faisait tourner en rond. Il devait sûrement vouloir que je me fatigue, mais je n'allais pas céder. Pas maintenant... C'était lui qui allait céder le premier. Qu'il le veuille ou non, le jour de sa mort était fixé, aujourd'hui et par moi-même... Bon et bien, puisqu'il zigzaguait en ce moment, je décidais de lancer cinq shurikens dans sa direction en leur faisant faire un arc de cercle. J'avais eu raison, je l'avais touché au coude, il avait failli trébucher, mais c'était rapidement et efficacement rattrapé pour m'échapper encore et toujours. Je décidais de disparaître un instant pour revenir plus tard quand il me cherchait des yeux juste derrière lui. De là, je pris la première arme que je vis et je fis une grande entaille dans son dos, mais par malchance, il eut le temps d'éviter le coup de peu, même si je lui avais entaillé un peu l'épaule et de me jeter un shuriken en pleine cuisse avant de me projeter en arrière d'un coup de pied et de disparaître. Je me cognais contre l'arbre et soufflait quelques secondes.... J'étais en train de perdre des secondes à me relever. Quand je me relevais, ma rage n'était qu'encore plus élevée, je regardais dans la direction où il avait fuit avec fureur et énervement... J'allais le tuer.... Il allait souffrir, j'allais faire de la boucherie... Il fallait que je le dépasse pour lui tendre une embuscade. Un raccourci, où trouver ça...? Eh bien, allons-y à l'inconnu. Quand je le coincerais, j'allais lui faire mal, très mal, le même mal qu’avions ressenti ma mère et moi aussi.... En voyant sa mort... Mon coeur s'était serré, je voulais crier, je voulais pleurer, une boule dans mon ventre était apparue... Plus les secondes étaient passées plus le mal me rongeait lentement... Ce mal s'était transformé au fil des années en vengeance... Je l'avais lentement cultivé pour le faire devenir horrible et abattre avec acharnement et colère. Je me mordais la lèvre qui saignait déjà pour garder la raison et ne pas foncer tête baissée. Ce qui pourrait m'être fatal. Rapidement, je regardais le ciel, déjà le coucher du soleil? J'avais passé une bonne partie de la journée à le poursuivre alors.... Il me restait environ une journée, j'avais jusqu'à demain après-midi... Tant pis, pas de répit pour moi, j'allais combattre jusqu'à demain s'il le fallait, mais le besoin de venger ma mère est tellement fort qu'il me donne assez de force pour continuer et mettre un terme à tout ceci... La colère montait un peu trop vite en moi, je devais me calmer, je n'avais même pas pensé au fait qu'en me faisant courir, il essayait aussi de me tendre une embuscade à son tour... Et si il avait encore des alliés? Il avait peut-être eu le temps de les contacter après m'avoir projetée contre arbre... De plus, j'étais déjà assez loin du village.... Peut-être devais-je me résigner et abandonner cette quête stupide pour la vengeance? Non mais! C'est de ma mère dont il s'agit, je ne peux pas le laisser faire ainsi! Et il risque de recommencer en plus et ça sera une autre personne qui sera concernée... Pourtant est-ce que ma mère aurait voulu ça..? Je connais le lieu de la réponse, mais je ne veux pas y aller... Je veux continuer encore... Et encore! Je veux sa mort, ça ne ramènera pas Maman, mais elle sera vengée... Elle sera en paix... Je m'empressais d'augmenter ma vitesse, j'y allais en crescendo, chaque minute, non chaque seconde, je la faisais prendre plus de rapidité.. Je devais être bien plus rapide.. Je commençais le voir plus clairement, c'était maintenant ou jamais, je devais l'attaquer vite et ne pas rater mon coup. Je sortis mon katana avec un chuintement qu'il avait dû entendre et je devins plus véloce. Je projetais presque mon katana en avant pour lui asséner un coup d'épée puissant dans le bras. Je ne l'avais pas coupé, mais le sang avait giclé et il avait défailli, il était tombé à terre. Je disparaissais pour réapparaître à côté de lui, je pris un de ses kunaïs et je lui entaillais largement le bras en disant ça c'est pour ma mère, puis dans la cuisse en l'accompagnant d'un pour tous ceux que tu as tué, puis enfin sur le ventre en achevant avec ça c'est la douleur que j'ai ressentie... Celui-ci ayant encore la force de parler me répondit:

- Pfff... Tue-moi, espèce d'idiote, ta mère est morte, elle est morte et je m'en...

Je lui avais donné un puissant coup dans la joue, chaque parole de celui-ci insupportait... Nous étions déjà midi... J'avais bataillé tellement de temps? Enfin bref.... je bandais quand même ses blessures avant de l'attacher avec du fil, je n'avais rien d'autre donc je faisais avec... Je me décidais ensuite à le faire marcher vers le village avec moi tout en le surveillant et en m'efforçant de ne pas trop écouter ses stupides paroles. Mais étant fatiguée, marcher me faisait mal... C'est pour cela que j'avais décidé de m'arrêter contre un arbre en le surveillant continuellement. Celui-ci continua à parler:

- Eh bien, déjà fatiguée...? Je me suis laissé avoir après tout... De toute façon, j'ai des alliés, ils me retrouveront, s'amuseront avec toi pour ensuite te tuer...

Je n'y tenais plus avec lui, je lui redonnais un coup malgré ma fatigue puis j'attendais l'heure de leur venue tout en le surveillant... Alors que je ne savais plus vraiment à quoi penser après avoir fait ma vengeance, un souvenir me revint.... Il devait être assez vieux si je ne me trompe pas... C'était avec ma mère... Ma chère mère que j'aimais tellement et que j'aime encore... Un sourire de victoire me vint aux lèvres, je ne l'avais pas tué parce que le Kage m'avait dit qu'il irait en prison, mais pourtant, si je n'avais respecté ses ordres, qu'est ce que ma mère m'aurait dit....



FLASH-BACK

Je m'en souvenais encore, j'étais assise auprès de ma mère, dans le jardin de notre maison à Kiri. J'avais la tête posée contre son épaule et elle me montrait le nom de plusieurs fleurs. Je regardais attentivement en buvant ses paroles... Elle s'y connaissait tellement bien... Et en plus, elle s'occupait si bien des fleurs qu'elles rayonnaient au soleil dans toute leur splendeur... Ma mère me montrait ensuite une fleur où un papillon était venue se poser en disant qu'il butinait pour se nourrir. Je lui avais répondu que cela n'était pas bien, car il prenait les forces de la fleur et qu'il fallait l'écraser. Ma mère m'avait regardé mi-fâchée, mi-étonnée, puis elle m'avait réprimandée en disant que tout être avait droit à la vie que si l'on mourrait et que l'on naissait c'est parce que c'est le cycle de la vie. Je n'avais pas tout compris à cet instant, mais elle avait poursuivie en disant que tout être avait le droit à la vie. Elle disait que le droit de mort n'appartient à personne, qu'il ne faut pas jouer avec la vie des gens, elle m'avait même fait promettre de ne pas tuer même si la raison est extrêmement forte.. Je le lui avais bien sûr promis en ajoutant que plus tard, je serais comme elle....

FIN FLASH-BACK



C'est sûrement cela qui m'avait empêché de mettre un terme à sa vie et même si je voulais toujours le faire, je ne devais pas... Le Kage et Maman avait un point en commun, enfin, pas de la même façon, mais ils pensent tous les deux que le droit de mort n'appartient à personne. Pourtant, des personnes ont déjà été exécutées sur ordre du Mizukage... Bon, enfin bref, je ne veux pas aller m'encombrer l'esprit avec cela. Pourtant je n'étais pas devenue comme elle, j'avais essayé de mettre un terme à la vie de quelqu'un à cause de ma rage, c'est quelque chose de stupide et j'avais failli m'y plonger... Je fermais les yeux quelques instants, écoutant la nature, puis je les rouvris en regardant l'assassin, il me fixait encore avec ses yeux arrogants... Il ne pouvait bien sûr plus parler avec le bâillon sur sa bouche, mais ses pupilles semblaient vouloir dire beaucoup de choses et pas des simples... Je n'allais quand même pas lui enlever le tissu qui lui entravait la bouche... Je risquais de m'énerver et franchement, ce n'est pas du tout la chose à faire, oh que oui... pas du tout... Bon, il m'avait l'air d'être aux alentours de quatorze heures... Relevons-nous et marchons encore.... Je l'obligeais donc à se relever et nous continuons à marcher, je marchais pour m'économiser tout en essayant de ne pas me faire repérer, toujours de la discrétion en même temps c'est une chose assez importante, c'est pour cela que je me dois d'y faire attention.. Je voyais un peu mieux le village de Kiri, nous y arrivions, enfin.... Je poussais un soupir de soulagement et clignais rapidement des yeux quand les ANBUS de Kiri et quelques médecins ninjas arrivèrent... Je les saluais poliment, et les médecins s'occupaient déjà de nous... Le Kage me fit faire le rapport et me congédia. Je rentrais à Kiri, afin d’être hospitalisée, car mes blessures étaient plutôt graves et il était hors de question que je bouge de mon lit durant plusieurs jours. Bien sûr, durant ce labs de temps, il y eut la grande bataille de Kusa à laquelle je ne participai pas à cause de mon invalidité pour le combat... Je savais que je tiendrais pas longtemps, car je me sentais encore faible, mais au moins, j’avais enfin vengée ma mère et c’était la seule chose qui m’importait...


♦️Code des règles: Check ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Sunsay Higure
Godaime Raikage
Godaime Raikage
avatar


Feuille de personnage
Expérience:
650/1000  (650/1000)
Affinités : Fuuton, Raiton, Hakkooton
Modus Operanti:

MessageSujet: Re: Takara is coming :3 {End!}   Lun 26 Juil - 16:39

Chouette présentations. Quelques fautes mais je penche plus pour des fautes de frappes.
Je pense que le grade de juunin devrait convenir vu le niveau.

Donc sauf contre ordre validée Juunin de Kiri ^^



Incarne aussi Kaimetsu Higure et Chõ Masamune
Revenir en haut Aller en bas
 
Takara is coming :3 {End!}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Memories :: Archives :: Archives administratives :: Présentations-
Sauter vers: